Pas de résultat
18 novembre 2016

Mastère de recherche habilité par l’ESIER Medjez el Bab

3994 fois

Présentation du mastère de recherche habilité par l’ESIER Medjez el Bab (Université de Jendouba)

 

1 - Identification du parcours proposé

1-1- Rattachement du parcours

Domaine de formation : Sciences et Technologies Agricoles et Industries Alimentaires

Mention : Changements climatiques, adaptation au développement durable « CLIMADAPT »

Parcours : Changements climatiques et gestion de l’eau « CCGE »

Année : 2013/14

1-2- Objectifs de la formation (compétences, savoir-faire, connaissances)

Le bassin méditerranéen est considéré parmi les régions ou les changements climatiques auraient des effets les plus percutants, en particulier la région de l’Afrique du Nord. Dans cette région de notre planète, les changements climatiques auraient comme conséquence la baisse des précipitations et la hausse de la température, avec des degrés variables selon la latitude, les scénarios et les horizons temporels de prévision, laissant présager que le fonctionnement actuel des systèmes hydrologiques serait fortement perturbé. La Tunisie se localise sur la rive méridionale de la Méditerranée, particulièrement vulnérable aux changements climatiques nécessitant un besoin urgent d’adaptation de la gestion des ressources en eau, comme évoqué dans le cadre de la stratégie nationale d’adaptation pour le secteur agricole et les ressources naturelles. En effet les phénomènes météorologiques extrêmes (sécheresses, vents, inondations) vont augmenter en fréquence et en intensité, notamment à travers la succession d’années très sèches.

Les prévisions des impacts des changements climatiques indiquent que pour la Tunisie les ressources en eau, à titre principal au niveau des nappes phréatiques de forte salinité, des nappes littorales et des aquifères non renouvelables, diminueront de 28% en 2030. La diminution des eaux de surface sera d’environ 5% au même horizon dans la région de l’extrême nord (zone la moins touchée). La diminution des précipitations estivales augmentera le déficit hydrique dans le sol. La stratégie nationale d’adaptation aux changements climatiques, pour le secteur de l’eau, préconise de poursuivre le programme de gestion de l’eau par écosystème, plutôt que par bassin versant – de manière à tenir compte des bénéfices des services environnementaux de ces derniers, de s’engager à appliquer rigoureusement le Code des eaux dans le dessein particulier de protéger les ressources souterraines et d’en actionner la clause de nécessité face aux changements climatiques, de poursuivre la révision de la tarification de l’eau en tenant compte de la préservation des services des écosystèmes et d’étudier, en complément des réserves techniques existantes ou prévues, la création de capacités de réserve climatiques virtuelles (eau contenu dans les produits agricoles) en prévision des sécheresses extrêmes. La mise en œuvre de la dite stratégie nécessite le développement entre autres de compétences scientifiques et techniques. Ainsi, la formation de profils d’un haut niveau de spécialisation dans le domaine des changements climatiques et leur impact sur les ressources en eau, ayant des connaissances méthodologiques offrant une meilleure adaptabilité aux mutations climatiques, répond parfaitement à cette dynamique et s’avère d’une grande utilité à l’échelle nationale et régionale. Par ailleurs, l’université de Jendouba, à travers l’Ecole Supérieure des Ingénieurs de l’Equipement Rural de Medjez el Bab (ESIER), a une large expérience dans la formation et la recherche dans le domaine de la gestion de l’eau dans les conditions d’excès (inondations) ou de pénurie (sécheresses) en relation avec les changements climatiques. En plus de formations d’ingénieurs dans la thématique en rapport avec l’eau et les stress hydriques, un mastère en hydrologie – hydrogéologie, a été dispensé par l’ESIER depuis une dizaine d’années.

 Le mastère intitulé « Changements climatiques, adaptation au développement durable » est proposé dans la cadre d’un consortium regroupant l’Université de Ibn Tofail (porteur du projet) et celle de Sidi Mohamed Ben Abdellah Fez du Maroc, l’Université Abdelhamid Ibn Badis à Mostaganem et l’Université d’Oran de l’Algérie, l’Université de Gabès et l’Université de Jendouba de la Tunisie du côté des pays du Maghreb et l’Université d’Alicante de l’Espagne, l’Université Ca' Foscari de Venise en Italie et l’Institut Euro-Méditerranéne des Sciences du Risque en France du côté européen dans le cadre projet Tempus Climadapt « Building CLIMate ADAPTation capacity in Morocco, Algéria and Tunisia ». Le parcours « Adaptation aux Changements Climatiques et Gestion de l’Eau » ayant pour acronyme « CCGE » représente la contribution de l’ESIER Medjez el Bab – université de Jendouba à ce consortium. Il s’agit d’un projet qui permettra la mise en place d’un mastère de recherche destiné aux étudiants spécialisés dans le domaine des changements climatiques en Méditerranée, ainsi que la création d’un centre d’adaptation aux changements climatiques. Il est destiné à soutenir les pays de la région dans les programmes d’adaptation aux changements climatiques à travers la mise en place de nouveaux programmes d'enseignement et de structures de recherche dédiées à l'étude de l'environnement et du développement durable. Le développement et la mise en place d’un mastère, conformément aux exigences de Bologne, sur le changement climatique et le management des risques, en particulier l’eau, est de nature à doter les pays partenaires des profils de gestionnaires capables d’affronter l'impact du changement climatique et à travers la création de centres nationaux pour le suivi des changements climatiques.

Les compétences visées par ce programme de mastère sont, en premier lieu, une formation à la recherche en vue d’aborder une thèse de doctorat. Au cours de la formation, les étudiants doivent donc acquérir les bases de travail de recherche à la fois dans le domaine des méthodes (analyse bibliographique, esprit de synthèse, rédaction d’un rapport, présentation orale, etc…) que des outils (informatique, modélisation numérique, télédétection instrumentales, traitement de données…). Les méthodes et les outils proposés permettent d’appréhender une intégration dans le milieu professionnel avec certains atouts.

1-3- Perspectives professionnelles du parcours

L’important potentiel et le programme ambitieux de développement en tenant compte des risques liés au changement climatique sur le cycle de l’eau en général et en particulier sur l’hydrologie des extrêmes (inondations et sècheresses), et leurs conséquences sur l’environnement, auront comme impact la génération d’emplois dans les années à venir. Les profils développés vont pouvoir s’intégrés dans les secteurs de Recherche (INRGREF, IRA de Medenine, INM, ….), les 3 laboratoires et les centres de recherche et les établissements privés spécialisés en Sciences de l’Eau et Environnement.

1-4- Perspectives académiques du parcours

Les diplômés du mastère spécialisé en adaptation aux changements climatiques et gestion de l’eau sont dotés de compétences techniques et scientifiques leur permettant de poursuivre leurs études dans les écoles doctorales de l’INAT, de l’ENIT, de l’ENIS, de l’ISA Chott Meriem,… Par ailleurs, une école doctorale en Sciences du vivant et de l’Environnement est cours de préparation à l’Université de Jendouba par le consortium regroupant l’ESIER, l’ESAKef et l’ISPTabarka, avec une spécialisation en « Sciences de l’eau ».

 

 

 

 

 

 

Dernière modification le vendredi, 18 novembre 2016 08:59

A Propo de Nous

L'Ecole Supérieure des Ingénieurs  de Medjez El Bab est un établissement d'enseignement supérieur agricole

Adresse Ecole Supérieure des Ingénieurs de l'Equipement Rural, 9070, Medjez El Bab-Tunisie.

Tel    :  +216 78 562 450

Fax   :  +216 78 562 300

Adresse E-mail   :     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.